Comment conduire une voiture sans voir ?!…

 

Je pense que je ne vous apprends rien si je vous dit que la vue est le sens le plus utilisé  pour conduire .

L’ouïe et le toucher ( et même l’odorat ! Si si ! Si ça sent le brulé par exemple, c’est mauvais signe ! 😉 ) participent bien sûr également, mais pas des les mêmes proportions.

Pour faire simple, du regard découle 95% des actions effectuées dans notre conduite . Rien que ça !

 

Un exemple parmi tant d’autres :

 

Lorsque l’on freine, c’est que l’on a vu quelque chose qui nous a fait freiner ! Du moins, normalement … 😉

 

Savoir regarder est donc indispensable !

Voir et conduire
Voir et conduire

 

1. Ai-je une bonne vue ?

 

A ne surtout pas prendre à la légère, l’acuité visuelle minimale obligatoire pour conduire une voiture est de 5/10 èmes pour l’ensemble des 2 yeux ( ce qui veut dire que votre vision est mesurée avec vos 2 yeux ouverts ).

Si un oeil a une acuité nulle ou inférieure à 1/10 ème, l’autre oeil devra atteindre 5/10 èmes au minimum.

 

Attention, s’il vous faut des lunettes de vue pour atteindre ce minimum, ce sera mentionné sur votre permis et vous n’aurez pas le droit de conduire sans vos verres correcteurs !

Comment conduire une voiture si je ne vois rien ?

Si vous avez un doute sur votre vision, n’hésitez surtout pas à aller faire un tour chez l’ophtalmo ! 😉

 

Infraction : Si vous conduisez sans vos lunettes ou vos lentilles, vous êtes passible d’une amende forfaitaire de 135 € et d’un retrait de 3 points. Sans compter une immobilisation possible de votre véhicule.

 

Conseil : Gardez toujours une paire de lunettes avec vous dans votre voiture si vous portez des lentilles.

 

2. Le champs visuel :

 

Notre champs visuel est de 180 degrés.

Mais attention, seule la partie directement face à nos yeux est nette, environ 4 degrés.

Le reste est flou ! Il faut donc balayer l’environnement du regard si l’on veut avoir une vision nette de ce qui nous entoure.

 

Et en plus, la vitesse modifie notre champs visuel : Au plus on roule vite, au plus il rétrécie !

 

Le champs visuel et la vitesse
Le champs visuel et la vitesse

 

Regardez, à 70 à km/h par exemple, il passe de 180 à 75 degrés.
Il diminue pratiquement de moitié !

 

Autant dire que l’on regarde comme si l’on circulait dans un tunnel !

D’où l’importance de ne pas focaliser. Il faut bouger ses yeux

 

Vous devez savoir également, que les enfants ont un champs visuel plus petit que le notre. En effet, il est de 70 degrés environ !

Donc, il faut faire très attention quand un enfant veut traverser la route.

Il ne nous a pas forcément vu arriver s’il n’a pas tourné sa tête directement vers nous.

Prudence donc… Connaître les “caractéristiques” de chaque catégorie d’usagers est très important…

 

À savoir : Le code de la route interdit la conduite si le champ visuel horizontal est inférieur à 120°, à 50° vers la gauche et la droite et à 20° vers le haut et le bas. De plus aucun défaut ne doit être présent dans un rayon de 20° par rapport à l’axe central.

 

À quoi sert mon regard ?

 

J'obtiens mon permis plus facilement et plus rapidement

 

1. Se diriger :

 

Un des rôles essentiels de notre regard est de diriger notre véhicule convenablement.

Le volant est l'outil permettant de tourner mais le regard est la commande principale.

 

Votre moniteur ne vous a t-il pas déjà dit : "On va là où on regarde !" ?

 

Si vous faisiez du tir à l'arc, ne viseriez vous pas la cible avant de tirer ?

Ce n'est certainement pas une fois la flèche partie que l'on vise la cible !

Et bien, pour la voiture c'est pareil : on regarde aussi loin que possible dans la direction où l'on veut aller.

Il faut donc "viser" avant de tourner.

 

Attention, l'inverse est aussi valable : Si l'on fixe un obstacle... On y fonce dedans !

C'est comme si l'on avait "verrouillé la cible" !

 

Ce qu'il faut faire : Regarder vers la solution et jamais vers le problème !

 

Conseil : Toujours regarder vers l'échappatoire, toujours regarder où l'on veut aller et non pas le contraire.

Facile à dire, je sais, mais plus dur à faire...

En effet, nos yeux sont instinctivement attirés vers ce qui nous fait peur ( le fossé ? ) ou ce qui nous fascine ( comme un beau coucher de soleil sur la droite par exemple ! ).

 

Vos yeux peuvent être votre meilleur allié, comme votre pire ennemi ! A méditer 🙂

 

Il va donc falloir éduquer voire "dresser" son regard !

 

2. Voir ou Rechercher ?

 

Lorsque l'on conduit un véhicule, faut-il simplement voir la route ou bien rechercher d'éventuels indices... ?

Quand je regarde devant moi, je vois ce qui se passe devant moi et c'est déjà pas mal !

Mais cela ne suffira pas pour bien conduire, loin de là.

 

Quel est à votre avis la différence entre un acteur de cinéma et un simple spectateur ?

Et bien, l'un des deux est actif, alors que l'autre regarde passivement dans la direction de l'écran !

 

Vous voyez peut être mieux où je veux en venir ?

J'espère que vous avez compris qu'il ne faut pas se contenter de voir ce qui est apparent mais qu'il faut absolument rechercher ce qui n'est pas visible au premier abord !

Vous devez donc être acteur de votre conduite, et non spectateur !

 

Et quand il n'y a pas de visibilité, n'attendez pas que les arbres ou les maisons s'écartent pour vous permettre d'y voir ! 🙂

 

Qui cherche trouve !

 

Les piétons ne tombent pas du ciel, n'est-ce pas ?

Donc, si vous en voyez un déboucher devant vous au dernier moment, c'est que vous n'avez pas bien rechercher autour de vous.

Le passage piéton n'est que la partie émergée de l'iceberg !

La partie immergée, celle qui n'est pas directement dans ma vue, c'est à dire sur les côtés du passage piéton, est donc bien la partie la plus dangereuse !

 

Vous devrez regarder partout, sans oublier bien sûr de regarder devant vous...

Votre regard doit être mobile et rapide pour ne pas quitter la route des yeux trop longtemps.

Vous devrez regardez le plus loin possible, d'où l'importance d'avoir une bonne vue.

Ne regarder pas au premier plan : ça ne sert à rien de regarder les essuies-glace ! 🙂

 

En regardant loin, on voit aussi ce qu'il y a prés de nous. Alors que si l'on regarde prés, on ne voit pas loin ! 

 

3. Constater ou Anticiper ?

 

 

Connaissez-vous l'expression "Constater les dégâts" ?

Et bien, c'est ce qui pourrait ce produire si vous n'anticipez pas...

Anticiper, c'est prévoir à l'avance ce qui risque de se passer, alors que constater, c'est faire face à une situation d'urgence !

 

N'oubliez pas que "bien conduire", n'est pas simplement déplacer son véhicule d'un point A vers un point B, mais plutôt de l'y amener en toute sécurité !

Il ne s'agit pas de rouler seul, mais de circuler au beau milieu d'autres usagers avec lesquels il faut se partager la route au mieux.

En effet, nous nous déplaçons dans un environnement qui évolue sans cesse.

Tout est en mouvement ou presque...

Il y a des piétons, des cyclistes, des motards mais encore des voitures, des camions, des bus... Sans compter les animaux qui passent par là !

Ca en fait du monde tout ça !

 

Alors, il vaut mieux en avoir conscience et faire très attention !

Une situation très simple à gérer au départ, peut vite devenir très complexe si l'on s'en rend compte tardivement ou si l'on interprète mal les indices.

 

Je vous donne un exemple concret :

Ce piéton n'avait pas l'air de vouloir traverser et pourtant...

Ralentir au départ était la solution afin de s'en assurer.

Maintenant, il va falloir freiner très fort pour ne pas l'écraser...

Simple au départ... Difficile à l'arrivée !

 

Alors, mieux vaut prévenir que guérir comme on dit !

Il faut donc savoir rechercher les indices.

 

Si vous vous posez encore la question suivante :" Comment conduire une voiture le mieux possible? " Alors lisez ce qui suit !

 

Conclusion :

 

Pour conclure, je vais vous raconter une petite anecdote qui m'a bien surpris au début où j'étais moniteur :

L'un de mes élèves, Sébastien ( Tu te reconnaîtras si tu passes par là ! ), avait une acuité visuelle incroyable !

D'ailleurs, il se prédestinait à entrer à l'école de pilote de chasse, son rêve.

 

Comme j'y vois bien de loin également, on s'amusait à lire des plaques d'immatriculation ou des panneaux de directions de très loin ... Oui, je sais, c'est bien un jeu de garçon ! 🙂

Et à chaque fois, c'était pareil, c'est toujours lui qui gagnait ! J'étais obligé de me rapprocher pour vérifier que c'était bien ça !

En plus de cela, il était assez doué avec la gestion des commandes et du coup, maîtriser la voiture ne lui posait pas trop de problème.

 

Jusque là, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, n'est-ce-pas ?

Et bien, détrompez vous ! Il se trouve que ce jeune homme ne voyait rien !

 

En fait, il ne se rendait pas compte de ce qui se passait autours de lui !

Bizarre ... Avec une si bonne vue, je ne m'attendais pas à ça ... Comment expliquer cela ?

Si je lui demandais de regarder quelque chose en particulier, il le voyait.

Sinon, il ne le voyait pas !

 

Nos yeux ne seraient-ils qu'un instrument de notre cerveau ? Un instrument duquel il faut apprendre à jouer ?

 

C'est tout à fait ça ! Il ne savait tout simplement pas comment ni où regarder !

Ses yeux ne balayaient pas l'environnement à la recherche d' informations pertinentes.

Il se contentait de bien voir, mais ce qui était visible uniquement ... Il n'avait pas programmé sa vue pour ça en quelques sortes !

 

Heureusement, cela s'apprend et c'est ce que l'on appelle l'anticipation !

La fameuse anticipation ! Le maître mot de la conduite ! Un subtil mélange de vision et de compréhension ...

 

Avoir de bons yeux est important, mais ce qui compte le plus, c'est ce que l'on en fait !

 

Je tiens quand même à vous rassurer, Sébastien a obtenu son permis et du premier coup, une fois qu'il eut pris conscience de l'utilité du regard et de la puissance de l'anticipation !

 

A méditer 🙂 .

J'obtiens mon permis plus facilement et plus rapidement