Merci Morgane pour ton article ! 😉

 

Conduire seul(e) pour la première fois

 

Félicitations ! Vous venez d’obtenir votre permis de conduire, ou alors c’est peut-être pour bientôt. Peu importe, le vrai défi commence à partir de là : vous, tout seul face à votre volant et à tous vos doutes. Conduire seul pour la première fois, c’est un peu notre baptême de la route.

 

Jeune conductrice, j’ai obtenu mon permis de conduire il y a maintenant 9 mois et inutile de préciser que je suis très satisfaite d’avoir ma carte rose tamponnée par la préfecture qui confirme mon droit et mon aptitude à rouler les cheveux au vent.

 

Pourtant, avant de pouvoir driver (de nuit, sous la pluie ou le vent mais aussi doubler par la gauche, parmi quelques exemples) il m’a fallu un certain temps d’adaptation. Vous me direz, rien de plus normal, mais j’ai vraiment cru à un moment que la conduite n’était pas faite pour moi, bien que j’avais obtenu mon permis du 1er coup et ce en 4 mois. Le simple fait de douter, peut remettre en question beaucoup de nos acquis. Douter, c’est normal, mais bloquer une situation c’est pas top.

 

Je suis très heureuse de pouvoir partager un peu de mon expérience sur le site de Vidéo Permis qui m’a proposé de réaliser un article-invité, suite à mon billet Mon expérience du permis de conduire et 10 conseils pour l’obtenir que j’ai pu écrire pour mon propre blog.

 

Premier trajet seule

 

En fait, la réelle confrontation a lieu au moment où l’on se retrouve solo dans sa voiture. Prendre le volant seul pour la première fois n’est pas forcément ce qui nous met le plus à l’aise au départ, mais, comme tout, on finit par s’y habituer et même à y prendre du plaisir.

 

Je me souviens quand je suis partie la première fois à plus de 100km de chez moi voir une amie, loin dans la campagne. J’ai pris l’autoroute, puis les nationales et enfin des départementales de plus en plus boisées et isolées. J’ai tout simplement adorée ! J’ai eu ce petit pincement au coeur, limite la larmichette, tellement j’étais contente de pouvoir enfin “voler de mes propres ailes”. J’ai presque eu l’impression de vivre une pub pour une marque de voiture, seule sur la route, heureuse de me sentir libre (le coin s’y portait bien, c’était limite désert par moment).

 

Vous avez votre permis, alors foncez ! (vous pas la voiture)

 

  • Ne soyez pas trop longtemps dans le questionnement, capable pas capable ? Vous l’êtes puisque l’inspecteur en a décidé ainsi !

 

  • Comment je vais gérer mes insertions ? Comme vous l’avait fait en apprentissage, c’est à dire, comme un chef 😉

 

  • Si je me fais klaxonner, ça va me stresser ! Oui c’est sûr, au début ça fait bizarre, mais au final, c’est juste du bruit, y’a pas d’accident, pas de casse, alors tout va bien !

 

  • Et si je cale ? C’est la vie et je dirais que c’est aussi le temps de s’habituer à son nouveau véhicule post-auto-école. Une fois rodé, il suffit de quelques jours voir semaines, pour ne pas répéter ce scénario catastrophe, l’angoisse de beaucoup de jeunes permis.
  • A comme Abruti ? Oui… et non, il y a des personnes qui ne seront vraiment pas indulgentes avec vous, mais c’est une minorité, la plupart sont des hommes et femmes tout à fait courtois, qui comprendront vos petites bourdes !

 

  • Comment je vais réussir à me garer ? Technique de jeune permis encore, vous irez là où c’est le plus simple, quitte à marcher un peu plus que prévu. Ou alors, vous irez dans les parkings donc n’oubliez pas votre portefeuille.

 

  • Rouler la nuit ou sous la pluie, ça me fait flipper ! Avec le temps, on s’y fait. Après tout, en tant que piéton, de nuit ou sous la pluie vous savez prendre vos dispositions (éviter les ruelles, sortir avec un parapluie…), il en va de même pour la conduite, on s’adapte et tout roule.

 

Les points à aborder peuvent être nombreux et sans fin, le mieux reste l’expérience et le terrain. Nous forgeons notre âme de conducteur-conductrice avec les situations auxquelles nous sommes confrontés tout au long de nos trajets (petits ou longs, ça n’a pas réellement d’importance, l’essentiel, c’est de se faire la main et de conduire). Alors, ayez confiance en vous, restez vigilants comme on vous l’a appris lors de vos heures de conduite, ensuite, il faut laissé le temps au temps. La machine finit par se huiler. Après la théorie, la pratique, il n’y a que ça de vrai. C’est comme ça que j’ai réussi à me sentir à l’aise dans mes baskets.

 

Merci à Vidéo Permis

 

La chaîne Vidéo Permis a vraiment été une valeur ajoutée pour moi. Regarder et potasser des vidéos, a fait partie intégrante de mon programme durant la période où j’étais encore en apprentissage. J’ai visionné quasiment toutes les vidéos et j’en ai pris de la graine. J’ai lu et je me suis imprégnée de beaucoup de commentaires, vivant soit par procuration ou soit comme un effet miroir les remarques, interrogations et autres satisfactions des internautes. Bref, de bons souvenirs que je vois maintenant s’éloigner dans le rétroviseur ! J’aurais envi de finir cet article avec une phrase qu’aujourd’hui encore je peux lâcher “qui s’engage, dégage”.

 

Encore merci à Stef et Fab aussi.

Bonne chance et bon courage à tous les futurs et jeunes permis.

Morgane

 


Steph
Steph

Passionné par mon métier d'enseignant de la conduite, j'ai ouvert ce blog pour accélérer votre réussite au permis de conduire et je l'espère, pour vous aider à devenir de futurs conducteurs responsables.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.